Catane, port de lave

Catane : port et pierre de lave

Deuxième ville de Sicile, Catane est une capitale provinciale à ne pas manquer pour divers aspects tels que la vue sur l’Etna, son marché au poisson Pescheria (à ne surtout pas manquer !) mais aussi ses très beaux bâtiments, monastères ou églises qui sont répartis dans toute la ville. On ne parle pas ici d’une petite ville au charme sympathique mais d’une ville de 300.000 habitants avec des quartiers où il fait très bon flâner. Comptez un jour ou deux pour visiter au gré de vos envies tant la ville a des attraits !

Visiblement à la merci du monstre rugissant qui est son voisin, Catane a beaucoup à vous offrir. Ravagée tant et plus par la lave ou les tremblements de terre et parfois même les deux simultanément, elle a su se relever à chaque fois même après une énorme coulée de lave en 1669 où la ville a été quasiment totalement engloutie. Les habitants ont appris de leurs malheurs, ont érigé des bâtiments sur des fondations de lave, ont construit les murs de leur jardin avec cette même pierre et ont aussi tracé les rues de leur ville « nouvelle » avec ce que Dame nature a pu leur offrir. Pour se faire un peu pardonner peut-être ? 🙂

Au détour d’un petit tunnel qui devrait nous mener à la Pescheria, nous tombons nez à nez avec une petit groupe de siciliens du 3e âge, comme l’on dit, qui tapent le carton d’un jeu local tout en devisant de tout et de rien. Evidemment, aucune femme à l’horizon 🙂 🙂

Immersion immédiate garantie !! Le tout dans la bonne humeur du sud bien entendu. Après ce beau moment de détente, nous progressons de quelques dizaines de mètres pour découvrir la Pescheria.

La Pescheria

Après avoir trouvé sans trop de problème un parking surveillé à deux pas du centre, nous nous dirigeons rapidement vers ce Marché aux poissons de Catane dont tout le monde nous parle depuis que nous préparons ce voyage. La Pescheria, lieu mythique !

La Pescheria est un marché où l’on trouve de tout naturellement mais il est plus réputé pour son espace dédié aux poissons frais en tous genres. Il se trouve idéalement placé entre l’ancien port et la place principale avec la Fontaine de l’Eléphant et la réputée Cathédrale Sainte Agathe.

Et de fait, dès l’entrée sur le site, nous pouvons profiter d’un délicieux mélange de brouhaha, d’odeurs de poisons frais à la découpe, de grillades à emporter …. et d’un parfum si typique à la Sicile qui vous donne envie de flâner tant et plus. Chaque arrêt à un étal est un délice pour les yeux !

Nous poursuivons nos découvertes de ce petit marché toujours dans un vrai ravissement si l’on fait abstraction de nos critères d’hygiène de nos marchés si surveillés ….

Ici, ce soir, c’est sûr, les chats vont se régaler 🙂 🙂 🙂

La découpe minute du poisson frais

Des prix bas à n’en plus finir, des dégustations offertes par les camelots à chaque instant. Nous prenons le temps de déambuler.

Réellement impressionnants de savoir-faire, les vendeurs vous interpellent, proposent un prix qui visiblement peut se discuter. On dit qu’ici on peut acheter son poisson et le faire cuire dans un des restaurants qui se trouvent à proximité directe du marché !!

Les derniers étals se profilent, nous allons poursuivre notre route vers les autres surprises que Catane peut nous réserver.

Merci encore à ces habitants et camelots pour cette belle expérience si unique ! Souvenirs garantis 🙂

Attention, le Marché n’ouvre que le matin. Pensez-y donc dans vos préparatifs !

En quittant la Pescheria en direction de la Piazza del Duomo en empruntant un grand escalier tout en lave, vous trouverez la splendide Fontaine Amenano en marbre de Carrare. Son nom est dû au (petit) fleuve qui coule juste sous la fontaine. Une partie de l’eau est récupérée, remonte et retombe en cascade via la fontaine. Splendide petit écrin jouxtant la place, elle est très photographiée.

La fontaine à l’Eléphant

Située sur la Piazza del Duomo, la fontaine à l’Elephant, symbole de protection de la Ville face à l’Etna, est taillée entièrement dans le basalte provenant directement des restes de coulées de lave précédentes. Sainte Agathe et sa Cathédrale veillent perpétuellement sur Catane qui est, en permanence, en danger depuis des siècles. Les habitants ont donc appris à vivre avec leur peur !

Après avoir franchi la lourde porte en bronze massif qui garde les richesse de l’édifice et une fois à l’intérieur de la Cathédrale, on peut découvrir la beauté du marbre taillé et qui règne en maître dans toutes les parties de l’église.

Fortifiée avec des tours, des murs avec créneaux, des poivrières et des meurtrières, la puissante construction représentait un infranchissable avant-poste militaire contre les innombrables attaques venant de la mer.

En ressortant, sur le côté, un petit jardin vous permettra de vous reposer à l’ombre tout en observant une belle statue représentant Sainte Agathe, patronne de Catane qui a eu fort à faire entre éruptions et tremblements de terre au fil des siècles.

En prolongeant de quelques minutes votre marche à l’intérieur de la ville, vous découvrirez également une belle place avec fontaine qui fait face au superbe Théâtre Bellini, un des plus beaux d’Europe dit-on mais malheureusement fermé lors de notre passage.

Bon, tout cela donne soif…. il fait plus de 40°C ici… pfff chaud chaud chaud… On se boit un coup ? 🙂

Et quand on vous dit qu’il fait chaud, nous repartons vers l’Eglise Sainte Agathe de la Fournaise, non ça ne s’invente pas Madame !! 🙂 On vous dit tout.

Alors voilà, Sainte Agathe, mal vue des autorités religieuses, fut soumises à la torture. De ce temps là, c’était plus courant. Maintenant, on fait de longs procès sans parfois aboutir 🙂 :). Elle fut donc questionnée par le feu (le four..).

L’ église en soi n’est pas mal à voir mais est contournable. Par contre, si vous regardez bien, vous devinerez l’épaisseur de la lave qui fut taillée pour y construire un gigantesque amphithéâtre romain. On parle ici de plusieurs mètres laissant ainsi deviner la quantité astronomique de lave ayant pu s’écouler jusqu’à la mer !

Un des clous de la visite de Catane vient ensuite : l’Eglise de Saint Nicolas l’Arena. Pourtant peu engageante de l’extérieur et au premier regard, elle nous a ébloui par sa taille, sa majestuosité, sa fraîcheur dans la lumière et puis…. et puis surtout par ce que l’on a découvert !

Pourtant construite après la mega éruption de 1669 qui détruisit une bonne part de la ville, l’église laisse un sentiment d’inachevé. A l’intérieur, par contre, on peut y découvrir de très très lourds chandeliers portés à bouts de bras par de nombreux hommes lors des processions en ville. On dit qu’il faut 12 hommes pour un seul de ces chandeliers lors des processions. Il y en une petite dizaine à vue d’oeil !

Alors que nous allions ressortir, notre attention est attirée par une sorte de gravure dans le marbre au sol. Des noms de mois, des traits, … répartis sur de nombreux mètres.

Et puis soudain nous comprenons… le petit cercle blanc que vous apercevez, là vous le voyez ? C’est de la lumière du jour qui vient d’un trou percé volontairement dans la coupole. Et cette lumière bouge, évolue sur la ligne… et donne an, mois, jour, heure…. et même le signe zodiacal du moment ! Un splendide et gigantesque cadran solaire en pleine église !

Pile poil 40 mètres de long sous une voûte à 23 mètres, 91 centimètres et 7 millimètres de hauteur !! Une précision incroyable de la part des créateurs

Regardez attentivement notre vidéo.

En sortant de cette belle et imposante église, nous marchons quelques mètres jusqu’au Monastère des Bénédictines de San Nicolo Arena.

Repère de silence s’il en est, ce lieu est un régal pour les yeux et les oreilles tant il est plaisant d’admirer l’architecture des bâtiments que d’entendre…. ben rien ! 🙂 🙂

Nous avons pris l’option de ne pas le visiter complètement car nous avions déjà visité plusieurs monastères dont le magnifique lieu de prière à Monreale dont nous vous avons déjà parlé dans nos premiers jours en Sicile.

Après ce bel échantillon d’architecture et d’art maîtrisé dans la pierre de lave, le tout sous une chaleur accablante… direction Piazza del Duomo, voiture et …. 🙂 🙂 🙂

Bien situé géographiquement en fonction de nos visites et de notre road trip, notre hôtel Masseria Testaferrata était situé face à l’île d’Ortigia dont nous vous parlerons dans notre article sur Syracuse. Quasi au bord de l’eau et entouré de champs et de vignes, il nous fut très utile comme base de départ au quotidien mais aussi pour nous reposer après des heures sous des chaleurs TRES intenses 🙂 🙂

En soirée, nous avons opté pour un très chouette resto Onda Blu Isola (qui fait aussi poissonnerie) dans la baie d’Ortigia à quelques minutes de notre hôtel. A noter qu’un autre Onda Blu se situe dans le centre de Syracuse aussi. Situé face à Syracuse, vous mangez poissons frais et crustacés quasi les pieds dans l’eau avec un bon vin blanc bien frais. Le soleil se couche, la chaleur sur votre peau s’apaise, tout va bien ! 🙂 🙂 🙂

Repos total et rafraîchissements de rigueur….. bientôt, Noto, Modica et Raguse nous attendent impatiemment 🙂 🙂

6 commentaires sur « Catane, port de lave »

  1. Merci pour ce bel article. Je suis allee a Catane le temps d’un we pour assister a un mariage. Je regrette d’avoir manque le magnifique marche aux poissons!😋

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :